Le burnout parental : une exigence démesurée

31 juillet 2019 - Therapy2Web -

le burnout parental

Le burnout parental est la nouvelle maladie actuelle. Ils font tout pour que leurs enfants réussissent. Ce qui est plutôt sain à la base. Le problème c'est quand cela se transforme en une compétition. Celle d'avoir l'enfant ou les enfants les plus intelligents, heureux, serviables, qui parlent plusieurs langues, pratiquent un instrument etc. Ainsi, beaucoup de parents se retrouvent dans un état de fatigue avancée et culpabilisent car ils craquent sous la pression.

Dans ce cas, pourquoi ne pas laisser couler naturellement les choses ?

L'image de la maman parfaite est ancrée dans les mœurs depuis longtemps. Cependant, il ne s'étendait pas comme aujourd'hui dans le domaine professionnel. A l'heure actuelle, avoir des enfants qui « réussissent » est dicté par notre société. Si l'on n'est pas à la hauteur, alors on ressent tout le poids de la pression sociale, et cela s'applique malheureusement dans tous les domaines de la vie.

De nouvelles expressions pour désigner ces parents parfaits ont débarqué et viennent mettre encore un peu plus de pression sur les nouveaux parents, accentuant l'idée de réussite à un étage encore supérieur. Ajoutez à cela les réseaux sociaux, sur lesquels on ne rencontre que des parents parfaits. Ces enfants ont été désirés, alors il ne faut en aucun cas qu'ils « échouent » et par la même l'éducation des parents. La vente d'articles de puériculture met aussi en avant cette image du bébé idéal.

Une maltraitance envers sa propre personne

La société exige que nous soyons toujours plus performants et plus forts dans tous les compartiments de la vie humaine. Avec cette étiquette collée en permanence « bien mais peut mieux faire ». Que ce soit dans le domaine professionnel, la vie familiale, les personnes victimes de burn-out sont souvent celle qui s'épuisent pour être conforme à l'image que la société attend d'eux. La notion de sacrifice est souvent présente.

Ces personnes pleines de bonne volonté, mais qui en font beaucoup trop, ne sont plus à l'écoute de leur corps ni celui des autres. Ils se brutalisent, en ne respectant pas leurs propres rythmes. Le rapport à leur propre personne et à leur propre corps se détériore. Les personnes victimes de burn-out sont pointées du doigt. On estime que c’est leur faute s’ils en sont arrivés là. Finalement, ils ont simplement subi la pression de la société dans laquelle ils vivent.

Parfois la pression est tellement présente que cela se transforme en véritable compétition. Et les parents la subissent en l'entretenant parfois inconsciemment. Ainsi, comme le décrit une mère de famille à propos de ses enfants, il faut que tout aille bien dans le meilleur des mondes. Que tout marche comme sur des roulettes. Que les enfants soient heureux, coûte que coûte. Certains parents en font leur cheval de bataille. A l'inverse, se manifeste le phénomène de la « mauvaise mère ». Celle-ci qui regarde la télé et ne se lève pas tout de suite quand le bébé se met à pleurer.

L'idéal biaisé de la réussite

Avec toute ces attentes, de nombreuses mamans se retrouvent fatiguées. Usées psychologiquement et physiquement par tant de dévotion et de « perfection » à l'égard de leurs enfants. C'est à ce moment que l'on peut être proche ou toucher le burnout parental.

Les parents doivent se dire que parfois, il faut être un peu égoïste dans le bon sens du terme, afin d'avoir un peu de temps pour soi. Et échapper à cette pression de l'environnement. De nombreuses mamans témoignent en expliquant qu'arrivé à 40 ans on a plus de recul ! C'est toutefois compliqué pour les jeunes mamans de ne pas subir la pression du regard des autres.

C'est aussi à travers les médias qu'est véhiculée cette image de l'enfant idéal, amplifié en plus avec la technologie d'aujourd'hui ! Certains montrent des enfants « parfaits » qui sont multilingues, font du piano, de l'équitation, jouent aux échecs etc.
Et le phénomène continue jusqu' à l'âge adulte avec les résultats au baccalauréat et les fameuses « mentions » qui n'ont pas forcément d'importance réel pour l'avenir des enfants.

Les psychanalystes expliquent qu'il est important pour un enfant d'avoir du temps pour créer des choses, découvrir le monde, grandir sereinement. On veut l'enfant le plus parfait possible, et qui en plus serait meilleur que les autres enfants. Ainsi, il est une projection inavouée de la réussite de ses parents.

La course démarre dès la grossesse

Dès que survient la grossesse, la compétition qui va durer des années démarre. Comment faire un bébé tranquillement, accoucher sans souffrance, et allaiter sans problèmes. De nombreuses questions accompagnent l'existence d'une maman. Sans compte que la vie des autres mamans a l’air tellement simple.

Les projections sur les réseaux sociaux donnent l'illusion- et pas que dans le domaine parental- que la vie des autres est toujours meilleure que la nôtre. Il faut toutefois prendre du recul devant cette projection qui est souvent le reflet déformé du miroir.

Il n'est pas simple de suivre cette course et d'avoir de l'humour. Certaines mamans sont au bout du rouleau et souvent finissent par aller voir un psychologue, car elles tout simplement dépassées. Elles découvrent alors avec surprise que d'autres mamans sont dans ce cas-là.

On peut alors faire le rapprochement avec le burnout professionnel dont les mécanismes sont similaires. En effet, le stress engendré, les responsabilités, l'engagement personnel débouchent sur une intense fatigue physique et psychique. Beaucoup de mère perdent pied. Elles n'arrivent plus à dormir, certaines se mettent à boire de l'alcool ! Sans pouvoir quitter leur job !

Les personnes les plus fragiles sont bien sûr celles qui sont obsédées par la réussite, et qui ont elles même des choses à réparer venant de leur passé. Toutefois, il arrive que certaines mamans craquent, sans faire partie de cette catégorie. Parce qu'elles restent tout simplement humaines.

Le burnout parental on en parle ?

Des solutions existent pour s'échapper du burnout parental. Parlez-en autour de vous ou faites-vous aider par un de nos praticiens. Vous pourriez déjà commencer par une séance en ligne par téléphone ou bien par webcam.